• Clinique de La Source : une excellence reconnue sur le canton de Vaud

    Située à Lausanne, la Clinique de La Source est le premier établissement privé de soins aigus pluridisciplinaires de la région. Très attachée à son indépendance, la clinique, fondée en 1891, est la propriété de la Fondation La Source, institution privée à but non lucratif qui chapeaute également l’Institut et Haute Ecole de la Santé La Source (HES-SO)…

  • Hôpital du Jura : jouer un rôle de premier plan dans l’arc jurassien

    L’Hôpital du Jura est un établissement de santé offrant une très large palette de prestations, des soins intensifs aux lieux de vie pour personnes âgées. Avec un total de plus de 500 lits stationnaires, il déploie ses activités de manière complémentaire et différenciée sur ses différents sites de Delémont, Porrentruy, Saignelégier et de la Résidence La Promenade (Delémont)…

  • Clinique La Colline : un établissement guidé par l’excellence et le respect pour mieux répondre aux besoins de ses patients

    Située à Genève, la Clinique La Colline offre un cadre unique tant par l’architecture de ses bâtiments que par l’aménagement de ses infrastructures. Il s’agit d’un établissement médical et chirurgical pluridisciplinaire qui est équipé pour accueillir des patients en hospitalisation ou en ambulatoire. La Clinique La Colline est spécialisée, efficace et très orientée vers les services proposés au patient tant en matière d’accueil que de prestation médicale…

  • Fondation Saphir : relever le défi du vieillissement de la population vaudoise

    La Fondation Saphir (anciennement Mont-Riant) a été créée en 1989 et est reconnue d’intérêt public à but idéal. Elle se consacre au domaine médico-social du canton de Vaud et est active dans l’accueil et l’accompagnement de personnes fragilisées dans leur intégrité physique et psychique au cours de leur processus de vie…

    no post
  • Regard d’expert

    Logistique

    Hôtellerie

    Culture

    Portrait

    Focus sur la réflexion, l’expérience ou le savoir-faire d’une personnalité portant sur la vision de l’hôpital de demain.

    Médico-social

    L’actualité des projets de constructions, restructurations et réorganisations des établissements médico-sociaux.

    Technologies

    L’actualité des nouvelles technologies et techniques d’avant-garde au service des établissements de santé (Hôpitaux, cliniques, structures extra-hospitalières)

    Recherche

    La recherche médicale fait partie prenante de l’activité hospitalière et les laboratoires ont leur place privilégiée dans l’architecture hospitalière.

    Plateaux techniques

    Centres névralgiques de tout établissement, leur refonte et leur transformation sont à la base des grandes réorganisations de l’hôpital de demain.

    Grands reportages

    Les grands projets qui font la transformation du parc hospitalier. L’actualité de tous ceux qui pensent bâtissent, modernisent et vivent l’hôpital de demain.

    International

    L’actualité internationale des hôpitaux du globe élargit votre vision sur les projets les plus emblématiques de l’évolution du parc hospitalier international.

  • Automne/Hiver – 2015/2016 – Editorial

    Pierre RochatDIRECTEUR D’EMS : L’UN DES PLUS BEAUX MÉTIERS DU MONDE.

    Le Canton de Vaud est connu, voire reconnu, pour avoir été et depuis longtemps promoteur de développement de nouveaux programmes de santé. Le CHUV est réputé à cet égard et ses collaborations renforcées avec l’EPFL dans le domaine des biotechnologies ne fait que de le démontrer. Mais, ce qui est impressionnant, c’est que ce canton est terreau de développement dans tous les domaines de la santé.

    Ainsi pour n’en citer que quelques-uns, dès la deuxième moitié du XXe siècle, il a développé d’importants programmes, visant à externaliser de l’hôpital les soins aux personnes âgées atteintes d’affections chroniques, inventer l’établissement médico-social à cet effet, permettre un accès généralisé aux soins à domicile, créer des structures intermédiaires (courts-séjours, centres d’accueil temporaire et appartements protégés), promouvoir les soins palliatifs, voire même encore légaliser l’assistance au suicide.

    C’est dans ce contexte général et au gré de cette évolution que le beau métier de directeur d’EMS a formellement vu le jour. D’abord, les responsables des premiers établissements ont créé en 1957 l’Association Vaudoise d’établissements médico-sociaux (AVDEMS), laquelle, depuis, n’a jamais cessé de créer et innover en matière de prestations pour les personnes âgées.

    Des formations professionnelles spécifiques se sont développées, dont celles pour directeurs, des processus d’accompagnement globaux incluant les soins, l’animation et les prestations hôtelières, ainsi que le travail en réseau pour intégrer les EMS au tissu sanitaire des soins à domicile et/ou des soins aigus.

    Au fil du temps et comme il se doit, des EMS spécifiques, intégrés dans leurs quartiers et à taille humaine, proches des autres structures de soins et travaillant en interaction avec elles, ont été construits. Progressivement, ce sont des gens de métier qui ont pris la conduite de ces institutions, mettant toute leur énergie et leur sensibilité pour les faire fonctionner au mieux. Expérience faite, ce métier de directeur d’EMS est merveilleusement difficile et complexe.

    Complexe parce qu’il implique des compétences multiples. D’abord en gestion, évidemment, puisqu’il s’agit de gérer des entreprises à gros budget, fonctionnant vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, avec beaucoup de collaborateurs et tout ce que cela entraîne en matière de gestion des ressources humaines. Ensuite, au plan juridique, pour comprendre et intégrer le droit des patients, la multitude de contrats régissant nos rapports avec les partenaires de toutes sortes, mais encore, à nouveau, le droit du travail.

    Enfin, au plan des rapports humains, avec une clientèle et son entourage familial, forcément et légitimement anxieux, placés qu’ils sont face à la proximité de la fin de l’existence. Le directeur d’EMS doit avoir le sérieux et la rigueur du comptable, la sensibilité et la compréhension du soignant, le dynamisme et le sens de l’organisation de l’animateur : son rôle tient de l’homme-orchestre, soit donc, sûrement, l’un des plus beaux métiers qui existe !

    Pierre Rochat
    Président ARODEMS (Association Romande des Directeurs d’EMS)

  •